Aviation: le constructeur Airbus fait valider son A400

Le nouvel avion de transport aérien d’Airbus A400M a franchi une nouvelle étape décisive après la reconnaissance de la capacité de vol à très bas degré intelligent, offrant une capacité distinctive dans la classe pour tous les avions de transport de services militaires. L’avion de nouvelle génération d’Airbus A400M a obtenu un nouveau jalon définitif après la qualification de la capacité de déclenchement automatique à l’étage inférieur, ce qui donne une capacité unique en son genre pour un avion de transfert de services militaires. Getafe, 26 mai 2020 – L’avion de transport aérien de nouvelle génération d’Airbus A400M a obtenu un nouveau jalon définitif tout de suite après la certification de la capacité de vol à degré réduit intelligent, offrant une fonctionnalité distinctive dans sa classe pour un avion de transfert des forces armées. La campagne de qualification, exécutée en avril plus haut que les Pyrénées et la France métropolitaine, comprenait des procédures à la suite de 500 pieds, qui comprennent des transitions à partir de voyages à niveaux réduits pour d’autres procédures telles que le transport aérien et la livraison. Cette première étape de reconnaissance concerne les fonctions avec les Circonstances Météorologiques Visuelles, significatives avec l’exposition de l’équipage. Vous trouverez un autre cycle qui comprend les circonstances météorologiques instrumentales, sans exposition, pour devenir certifié au T2 2021. Naturel envers l’avion de combat mma dans le monde entier, et également en tant que capacité originale pour un avion de transport militaire, le voyage réduit à étapes automatisées augmente la Le masquage au sol et la capacité de survie de l’A400M, ce qui rend l’avion moins détectable dans les zones violentes et moins vulnérable aux risques lors de la navigation dans le sens des procédures clés de l’armée comme le service de livraison aérienne, le ravitaillement en oxygène, la logistique ou d’autres procédures chirurgicales particulières spécifiques. Les derniers avions de ligne européens à avoir été créés en quantités considérables étaient en fait des Caravelles françaises ainsi que le BAC-111 dans les années 1960. Une fois la création de ces avions terminée, l’industrie du jet de passagers industriel était dans un avenir proche dominée par environ trois organisations américaines: Boeing, McDonnell Douglas et Lockheed. Les entreprises aérospatiales européennes ont été trop petites pour supporter les gros frais d’investissement liés à la création d’un nouveau jetliner. Peu de temps après de nombreuses tentatives infructueuses pour former un groupe de personnes aérospatiales transeuropéennes, les organes directeurs de la France et de l’Allemagne de l’Ouest ont conclu un accord en mai 1969 qui a ouvert la voie à votre croissance du consortium pour créer des jets industriels. Des programmes ont été mis en place pour la fabrication d’un avion de ligne qui est devenu plus tard l’A300. En décembre 1970, l’Airbus Industrie a été techniquement formé et intégré en France en tant que groupement d’intérêt économique (G.I.E.), une sorte de relation sans limites fréquemment utilisée par les vignerons et les missions de développement qui impliquent un certain nombre d’installateurs. Cette forme d’entreprise industrielle a produit un succès tout à fait possible pour Airbus puisque, comme vous l’avez reconnu, «Sur d’autres tâches coopératives, tout comme le Concorde, pratiquement rien ne peut être accompli sans l’accord unanime de tous les partenaires. Avec l’Airbus, ils devraient tous être unanimes pour nous empêcher. » Les membres du consortium Airbus étaient Aérospatiale de France, Deutsche Airbus (65Percent Messerschmitt-Bölkow-Blohm et 35Percent VFW-Fokker) d’Allemagne de l’Ouest, Fokker-VFW aux Pays-Bas et Construcciones Aeronauticas S.A. (CASA) d’Espagne. En fait, Uk Aerospace devait être un participant total, mais il s’est retiré lorsque le gouvernement travailliste britannique a décidé que le système n’avait absolument aucun moyen de le réaliser. Le britannique Hawker-Siddeley est néanmoins resté lié à Airbus par le biais d’un accord de sous-traitance dans lequel il était chargé de créer des ailes d’avion. Malgré cela, Airbus Industrie est resté principalement un consortium franco-allemand.